Switch Language

Traitement des plaies – un sujet quotidien

La prise en charge primaire des éraflures, coupures et écorchures sanglantes

Les coupures et écorchures ont en commun de saigner plus ou moins fort. Alors que les coupures peuvent devenir dangereuses, surtout en raison de leur profondeur responsable du fait que davantage de vaisseaux sanguins sont touchés, la surface des écorchures est nettement plus grande. Du fait que les terminaisons nerveuses sont à nu sous la couche de peau écorchée, ces plaies peuvent être particulièrement douloureuses.

La prise en charge d’une coupure et d’une écorchure a lieu en trois étapes.

1ère phase du traitement de la plaie: nettoyer la plaie
Avant de soigner la blessure, lavez-vous bien les mains. Puis,  nettoyez la plaie avec un linge propre et sec ou rincez-la avec de l’eau courante tiède à froide. Pour terminer, tamponnez soigneusement la zone pour la sécher. Au cas où des corps étrangers assez gros, tels que des éclats de verre, seraient logés dans la plaie, laissez-les en place et consultez un médecin. Vous pouvez retirer avec précaution des petits graviers et des éclats de verre ou de bois à l’aide d’une pincette.

2e phase du traitement de la plaie: désinfecter la plaie
La deuxième étape dans la prise en charge d’une plaie est la désinfection. Après avoir nettoyé la plaie et l’avoir débarrassée des grosses saletés, il s’agit maintenant de la traiter avec une crème ou un spray vulnéraire antiseptique. Tous les deux combattent les agents pathogènes qui ont pu pénétrer dans la plaie.

3e phase du traitement de la plaie: couvrir la plaie
À la fin de la prise en charge primaire de la plaie, recouvrez la plaie. Autrement il y a un risque que des saletés et germes ne s’infiltrent dans la plaie ou que la blessure fermée en surface ne rouvre par négligence.

Selon le type et la taille de la blessure, on a le choix entre différents pansements pour soigner la plaie: sparadrap, compresses stériles ou bandes de gaze. Les pansements modernes permettent à la peau de respirer. Il faut en changer régulièrement le dessus.

Autres conseils sur les soins des plaies

Fillette recouvrant sa blessure d’un pansement

Même s’il y a de quoi s’effrayer au premier moment, il est conseillé d’abord de laisser « saigner » brièvement une plaie. Cela lui laisse le temps d’évacuer des germes, ce qui diminue le risque d’infection. On peut ensuite appliquer un pansement compressif pour stopper le saignement,  en cas de forte hémorragie. Si la plaie continue de saigner malgré le pansement compressif, il est recommandé de consulter un médecin.

Après la prise en charge primaire de la plaie, quand les bords de la plaie commencent à se refermer, il est possible de soutenir la cicatrisation avec des crèmes vulnéraires spéciales. Dans ce contexte, le dexpanthénol est un principe actif qui a fait ses preuves, car il favorise la formation de nouvelles cellules cutanées et soutient le processus de guérison naturel.

Ce sont surtout les enfants qui se font souvent des éraflures et des écorchures. La prise en charge de la plaie peut s’avérer difficile si les petits ont peur d'avoir encore plus mal. Il est souvent utile d'expliquer en détail chaque étape à l'enfant et de lui annoncer qu'il pourra avoir un peu mal passagèrement, mais qu'il se remettra ensuite plus vite. On peut associer des enfants plus âgés aux soins en leur demandant par exemple de coller eux-mêmes le pansement. Des pansements pour enfants avec des motifs colorés les consoleront et leur redonneront de la bonne humeur.

Bepanthen® Plus pour le traitement de petites plaies

Bepanthen® Plus Crème et Bepanthen® Plus Spray vulnéraire

Dispositif médical

Bepanthen® Plus favorise la cicatrisation des blessures superficielles grâce à son principe actif, le dexpanthénol.

Plus d’infos sur le produit: Bepanthen® Plus Spray vulnéraire

Plus d’infos sur le produit: Bepanthen® Plus Crème

Image